LE CAPITALISME UN FREIN A LA MODERNITE

Publié le par Une internaute et un musicien libertaires

Les 95,6% d'artistes qui n'ont pas soutenu cette loi liberticide, qu'en pensent t'ils ? On nous montre des réponses embarrassées de part et d'autre, comme récemment Isabelle Huppert lors du festival de cannes. Pourtant les artistes sont dans leur grande majorité opposés à cette loi d'un autre âge. Les labels indépendants, plus de 600 en France, ont d'ailleurs écrit aux députés le 21 avril 2009 en expliquant leurs arguments1. La réponse, on l'a vu, a été le passage à la hussarde de la loi Hadopi, malgré la contestation de ces labels ; balayés d'un revers de main les contestataires, les artistes défricheurs, innovateurs, tel Zenzile groupe phare du dub.

Le choc de cette loi fut si rude que certains artistes envisagent de reconsidérer leur statut d'artistes, comme Marcel et son orchestre et Saïd du ministère des affaires populaires2.

D'autres encore ont des mots très durs contre cette loi, comme Daniel Vangarde, père de Daft Punk, qui se sent dépossédé de ses droits d'auteurs, confisqués par un état qui veut son bien contre son gré, sans qu'il ait la possibilité de jouir de ses droits comme bon lui semble. Le passage en force de cette loi est similaire à un état en guerre3.

Cet Etat ne voit la culture que sous l’angle répressif, en mettant dos à dos public et artistes, mentant de manière grossière On l'a vu  avec la loi Tepa4. Ils utilisent la même manoeuvre en privilégiant une minorité d'artistes décrépis attachés à un système voué à disparaître. Quant à la majorité, qu'on dit silencieuse, sa parole n'est en fait pas relayée dans les médias traditionnels muselés par Sarko et sa clique. Cela afin de soutenir une industrie vieillissante qui n'a pas su ou pas vu la révolution numérique en marche5. Alors que la grande majorité des artistes sont près, eux, à repenser la façon de distribuer leur musique et même la possibilité d'en vivre. Ce système obsolète qu'est le capitalisme s'accroche à grand renfort de loi liberticide, appuyé par un gouvernement à ses ordres.

Cette loi Hadopi et la suite la loi Loopsi6, d'une rare violence pour le dernier média qui reste encore libre, va à l'encontre des intérêts des artistes qui, non diffusés en radio et à la télévision, n'ont guère qu'Internet pour être entendus. Sarko n'a qu'un seul objectif avec cette loi : nettoyer au Karcher tout ce qui ne va pas dans le sens de sa vision du monde. C'est à dire à sa botte et à celle du marché capitaliste.

Publié dans Hadopi

Commenter cet article